S2 Comportement et identité sexuelle

Avant la séance:

Texte introductif: Sexe, argent : des zones cérébrales spécifiques à chaque « plaisir » communiqué du cnrs 28 septembre 2010

Pendant la séance:

TP 2 Le comportement sexuel et son contrôle

II/ Le comportement sexuel et son contrôle

A/ Déclenchement de l’activité sexuelle = phase d’activation

Comment cette activité sexuelle est déclenchée ?

Ce sont les hormones sexuelles qui permettent l’activité sexuelle, l’oestradiol chez les femelles  et la testostérone chez les mâles. L’accouplement n’a lieu que pendant une période précise de l’année, appelée œstrus, ou encore rut ou chaleurs. Cette période coïncide avec l’ovulation.

B/ Vers l’accouplement des partenaires.

Comment les animaux parviennent à la copulation ?

Les réflexes sexuels innées permettent la réalisation des séquences finales du comportement de reproduction, c’est à dire la copulation qui est déclenchée par le contact physique des organes génitaux.

Quelques uns de ces réflexes sont consignés dans le tableau ci-dessous:

refelexe innée

C/ Hormones et activités sexuelles

Comment est déclenché l’acte sexuel ?

Le comportement sexuel des primates hominoïdes est contrôlé en partie par les hormones, mais leur implication est nettement plus faible que pour les autres mammifères. Au cours de l’évolution, l’influence hormonale diminue dans le contrôle du comportement de reproduction.
L’accouplement chez les primates hominoïdes, dont l’homme fait partie, peut se faire durant toute l’année et n’a pas nécessairement de visée reproductive.

D/ existence d’un circuit de récompense

Le comportement sexuel, c’est à dire les actions associées à l’accouplement, est contrôlé par deux facteurs: les hormones et le système de récompense. Le système de récompense, situé dans le cerveau, est stimulé lors d’une activité agréable, poussant à reproduire cette action.

Si chez les animaux, le contrôle par les hormones est prépondérant, chez l’Homme et plus généralement les Primates, c’est le système de récompense et donc la recherche du plaisir qui motive le plus le comportement sexuel.

III/  L’évolution du comportement sexuel

L’identité sexuelle correspond au sexe de l’individu et est publique. Cette identité est définie par les organes génitaux : pénis pour un homme, vulve pour une femme. Dans certaines sociétés, un troisième sexe est possible.

Cette identité sexuelle ne présume en rien de l’orientation sexuelle d’un individu qui peut être attiré par une personne de même sexe et/ou de sexe opposé. Cette orientation sexuelle fait partie de la sphère privée.

Que ce soit pour l’identité sexuelle ou l’orientation sexuelle, l’appartenance ne peut faire l’objet de discrimination.

Après la séance:
Une activité pour vérifier tes connaissances :
edu 3
Pour aller plus loin :

Le cerveau a-t-il un sexe ? par Catherine Vidal Publié le : 3 mars 2011(Vidéo)

Avec une activité d’Education & numérique pour vérifier vos connaissances sur ce sujet.


Le coin du professeur

Savoir:

Le comportement sexuel chez les Mammifères est contrôlé, entre autres, par les hormones et le

système de récompense.

Au cours de l’évolution, l’influence hormonale dans le contrôle du comportement de reproduction diminue, et corrélativement le système de récompense devient prépondérant dans la sexualité de l’Homme et plus généralement des primates hominoïdes.

Les facteurs affectifs et cognitifs, et surtout le contexte culturel, ont une influence majeure sur le comportement sexuel humain.

Savoir faire:

Différencier, à partir de la confrontation de données biologiques et de représentations sociales ce qui relève:

– de l’identité sexuelle, des rôles en tant qu’individus sexués et de leurs stéréotypes dans la société, qui relèvent de l’espace social;

– de l’orientation sexuelle qui relève de l’intimité des personnes

Établir l’influence des hormones sur le comportement sexuel des Mammifères.

Identifier les structures cérébrales qui participent aux processus de récompense à

partir de données médicales et expérimentales.

Limites : on s’en tiendra à une approche descriptive du déterminisme hormonal du

comportement sexuel et de l’intervention du système de récompense , sans explication à l’échelle cellulaire ou moléculaire

 

Publicités